EFP 1

         MEMBRE FONDATEUR

Contacts et informations

1968 - 2018, 50 ans de Parodontologie. Qu’avons nous appris ?

Formations

Votre région Région Sud-Ouest
Avenue de Lorraine
32190 Vic-Fezensac
Tél: 05 62 66 65 90
Site Internet : http://www.sfpio-mp.org

Vos Fichiers
vendredi 28 septembre 2018 

Journée de conférences et soirée de Gala

Serge ARMAND, Sophie-Myriam DRIDI, Jean-Louis GIOVANNOLI, Pierre MARIN

Lieu : Hôtel Palladia - Toulouse

 

Affiche 50ansParoTLS A2

Le programme de votre formation

 

Ci après, les résumés des intervenants :

 

Dr Sophie-Myriam DRIDI - DE LA PLAQUE AU MICROBIOTE : 50 ANS D’AVANCÉES

La découverte du microbiote humain a profondément modifié notre vision de la biologie. Nous sommes des individus hybrides eucaryotes-procaryotes avec une identité « primatemicrobes » incontestable. Plus de 50% de nos cellules sont bactériennes ! Le microbiote buccal est une petite partie de ce microbiote global. Néanmoins, son rôle est indispensable pour notre santé. Son déséquilibre peut générer non seulement des maladies parodontales, dont nous connaissons mieux l’étiopathogénie, mais peut également influer sur l’expression de plusieurs maladies générales. Qui aurait pu soupçonner que des bactéries parodontopathogènes, pourtant issues du microbiote buccal symbiotique, étaient capables d’aggraver un cancer du pancréas ? Les récentes recherches sur les biofilms bactériens sous-gingivaux nous ont donc permis d’une part de comprendre et d’améliorer nos thérapeutiques locales, d’autre part d’intégrer la médecine parodontale dans une approche médicale raisonnée.

La compréhension scientifique du vivant contribue sans cesse à l’amélioration de nos thérapeutiques ; l’évolution de nos pratiques cliniques est plus que jamais d’actualité !

 

Dr Jean-Louis GIOVANNOLI - « LE JOUR ET LA NUIT »

50 ans de satisfaction avec la Parodontologie (le jour), et 30 ans de cauchemar avec les implants (la nuit)

Pour les soixante-huitards qui ont connu l’odontologie avant les implants, l’avènement de l’ostéointégration a représenté un tournant très perturbant qui leur a imposé de réviser leurs concepts de traitement. Les parodontistes qui avaient acquis une expérience dans la manipulation chirurgicale des tissus se sont mis naturellement aux implants, jusqu’à devenir, pour certains, des « implantologistes » exclusifs. Certes aujourd’hui nous pouvons offrir à nos patients des solutions aussi confortables qu’onéreuses pour résoudre pratiquement tous les problèmes d’édentement, mais on a eu tort, de considérer, au départ, que la mise en place d’implants pouvait représenter une alternative universelle aux traitements conservateurs. Les expériences malheureuses nous ont démontré que les patients à risque de complication ou d’échecs le seront toujours, avec ou sans leur dent, que les patients atteints de parodontite sévère, les plus demandeurs d’implants, sont des patients à haut risque à développer des maladie péri-implantaires, que les grands principes de la bonne dentisterie sont toujours les mêmes, avec ou sans implant, et que la longévité des résultats thérapeutiques dépend avant tout du rétablissement puis du maintien d’une bonne santé des tissus autour des implants comme autour des dents. Parole de parodontiste.

 

Dr Serge ARMAND - L’ESPACE BIOLOGIQUE A 50 ANS, SON IMPORTANCE EN IMPLANTOLOGIE

Les prothèses fixées implanto-portées sur le secteur antérieur doivent répondre à un triple objectif : un impératif fonctionnel, un impératif d’intégration biologique, un impératif de résultat esthétique basé sur la topographie des tissus mous et notamment la présence des papilles.
Existe-t-il des protocoles thérapeutiques permettant de répondre à ce triple challenge ?

La stabilité des tissus péri-implantaires concernés est directement liée à la notion d’espace biologique ; cet espace tri-dimensionnel situé entre le fond du sulcus et la crête osseuse est différent sur les dents et autour des implants. Une des différences essentielles est que cet espace biologique est d’origine cicatricielle autour des implants et de ce fait beaucoup moins résistant qu’autour des dents.
La création et le maintien de cet espace est essentiellement fonction du positionnement tri-dimensionnel des implants.
En fait le résultat recherché s’appuie sur une méthodologie très précise et sur des protocoles opératoires parfaitement codifiés que l’auteur s’attachera à décrire.
Concernant le résultat esthétique le respect de ces règles permet d’obtenir les quatre paramètres essentiels des traitements implantaires du secteur antérieur à savoir : présence de gencive kértatinisée, alignement des collets, conservation des convexités alvéolaires et présence des papilles.

 

Dr Pierre MARIN - RÉGÉNÉRATION OSSEUSE : EVOLUTION SUR 50 ANS

Des limites des membranes collagènes à l’utilisation de grilles en titane

 

INFORMATIONS SOIREE DE GALA

 

Soirée offerte aux participants à la journée

Lieu : Hôtel-Dieu - 2 Rue Viguerie, 31059 Toulouse

 

Retour à la page de votre région